L'entreprise de désintAIXication
Supprime l'opinion fausse, tu supprimes le mal (Epictète)

Nous contacter par mail : contact@daixcryptage.com
Nous suivre sur facebook

On n'a sans doute pas fini de rigoler

Renaud Beretti à Carole Peyrefitte:

Ferrari? Qu'est-ce qu'elle a ma Ferrari?


Voici un extrait de l'article que nos joyeux amis du dauphiné (presque) libéré ont publié ce mercredi 6 mars:

Houla!  Voilà qui sent la panique dans le petit monde aixois. Alors resituons le problème.

Le 28 février dernier (voir ci-dessous) nous mettions en ligne un article expliquant pourquoi l'intéri-maire Beretti allait devoir virer l'Ecole Peyrefitte des 1800 mètres carrés de locaux municipaux qu'elle occupait au premier étage des anciens Thermes depuis 14 ans.


Une occupation que Beretti avait qualifiée, certes très tardivement quoi que fort opportunément, de sans droit ni titre. D'illégale, quoi!
Avant notre article, cette étonnante évolution de la mairie n'avait semblé intéresser personne!


A la lecture de cet article, nos jeunes confrères de la rédaction aixoise du daubé ont enfin compris que la situation était grave, sinon désespérée. Ils ont tenté alors d'obtenir le point de vue de l'intéri-maire, lequel n'était pas pressé de prendre la parole sur le sujet. Nos joyeux journalistes décidèrent de se rabattre sur la directrice de l'école, la charmante Carole Peyrefitte. Laquelle Carole leur confirma que la mairie lui avait fait savoir qu'elle devait effectivement quitter les anciens Thermes. La dame Peyrefitte raconta que les promesses qui lui avaient été faites n'avaient pas été tenues. Et si elle n'expliquait pas à quelle date cette décision avait été prise, tout laisse à penser que c'est à la suite de notre article que la mairie lui a fait connaître sa nouvelle position alors que, manifestement, la dame Peyrefitte escomptait bien pouvoir rester dans les lieux encore longtemps. Mais on reviendra sur cette question.


Dans l'article du daubé de ce mardi, C. Peyrefitte exprime une réelle colère tout en se gardant de citer la mairie et ses maires comme les auteurs de cette vilaine mascarade qui tourne à la débandade. Toutefois elle ne peut s'empêcher d'égratigner indirectement le Béret' et sa 1ère adjointe avec une formule qui a dû être bien préparée et que le DL s'est fait un plaisir de reproduire: " Nous fonctionnons (...) avec l'argent de mon travail. Je ne roule pas en Ferrari".

Est-ce à dire que Beretti, lui, aurait roulé (quelqu'un?) avec sa Ferrari ?


A suivre...


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Twitter ou Facebook

Déposer un commentaire

Les commentaires sont modérés, ils seront uniquement publiés s'ils sont pertinents, non insultants et non discriminatoires.

22 février 2019

Sortez les clowns...

Il n'y a pas que les girouettes qui tournent avec le vent...

Un vent mauvais soufflerait-il sur Aix-les-Bains? L'intéri-maire craindrait-il de ne pas être (ré)élu en mars 2020 en raison de "cette urbanisation  intensive dont les Aixois ne veulent plus"?
Alors, cette semaine, le Béretti fait voter par le conseil municipal une résolution visant à réduire le droit à construire à Aix-les-Bains. A côté de lui l'ancien maire rigole. Il y a de quoi. Cela fait 18 ans que Dord a transformé cette ville en paradis pour promoteurs immobiliers.

Et pendant toutes ces années, à ses côtés, l'ex-fidèle Beretti a tout approuvé, a tout voté, a tout accepté, sans jamais émettre la moindre protestation, le moindre doute. Dord rigole d'autant plus qu'avant de laisser sa place à l'intéri-maire il a signé tous les permis de construire pour les chantiers qui vont s'ouvrir dans les deux ans qui viennent. Il rigole encore mieux en rappelant qu'en matière d'urbanisme, ce n'est plus la mairie qui gère, c'est la CALB dont Dord reste le président.

Cela n'empêche pas le Béretti et sa Rina de service de se vanter de mettre fin à cette urbanisation intensive qu'ils ont cautionnée depuis toujours. Plus comique encore, le Béretti annonce son intention de s'opposer à la construction d'un immeuble de 14 étages sur le terrain en friche des Près Riants. Quelle fermeté! 
Mais dans le même temps, il s'apprête à autoriser la construction de deux tours de 14 ou 17 étages... au-dessus des Anciens Thermes.


Sortez les clowns !


Le Marcheur Solitaire


Les derniers commentaires